Notre-Dame de Boulogne

Le Grand Retour

Sous le règne du roi Dagobert vers 638, une statue de la Vierge « portée par les anges » selon la légende vient s’échouer sur le rivage de Boulogne-sur-mer. D’où vient-elle ? Personne ne le sait. Peut-être d’Orient où des Chrétiens persécutés l’auraient confié aux flots. Les premières traces du culte à la Vierge Nautonière remontent à la fin du XIe siècle quand Sainte Ide, mère de Godefroy de Bouillon, fait bâtir une cathédrale à sa gloire. Sur le même modèle sera bâtie celle de Boulogne-sur-Seine par Philippe Le Long (1293-1322) fils de Philippe le Bel. Durant tout le temps des croisades, les chevaliers avant de prendre le chemin de Jérusalem, venaient à Boulogne-sur-mer faire bénir leurs épées auprès la Vierge.

photo de notre dame de boulogne

Le culte à Notre-Dame de Boulogne est le plus ancien de France avec celui du Puy-en-Velay. De nombreux miracles sont attribués à la statue. Hélas, celle-ci connut de nombreuses vicissitudes. Elle disparut presque cent ans au moment du protestantisme ; et fut finalement brûlée par les révolutionnaires en 1792. Deux doigts de la main droite ont été sauvés et sont enchâssés dans un reliquaire qui est, encore de nos jours, porté aux malades et aux mourants.

À la suite du Congrès Marial de 1938 sont construites quatre vierges en stuc de grandeur nature et portant une couronne. Et à partir de 1942, elles vont pèleriner de village en village, de ville en ville, voire de maison en maison. Il subsiste dans notre pays des nombreuses traces de ces passages sous forme de tableaux, oratoires, affiches. Les esprits des personnes ayant actuellement plus de 70 ans ont été profondément marqués par ce qui fut appelé « Notre Dame du Grand retour ». En effet, il se disait que lors du retour de ces statues à Boulogne la guerre serait finie. Ce qui effectivement se produit en 1948. Sauf que…

Sauf qu’une des statues partie d’Orléans, ayant franchi la ligne de démarcation avec l’aide des résistants, devait prendre la voie maritime ; c’est-à-dire partir Outremer, en l’occurrence la Martinique. Elle passa notamment par Lourdes où elle fut reçue par Mgr Théas. Mais elle avait auparavant posé à Souillac dans le Lot. Un paroissien pieux en sculptera une copie grandeur nature en chêne massif. Son épouse en fera cadeau à l’abbé Laguérie de Bordeaux, puis elle arriva au prieuré de la Fraternité Saint Pie X de Nantes. Le prieur actuel la restituera à l’église Saint Louis de Boulogne-sur-mer. Quant à la vraie statue, elle est restée en Martinique où une église a été construite à sa gloire.

 

Notre-Dame de Boulogne

Une nacelle avec une statue en bois de la Vierge tenant l’enfant Jésus fut découverte en 636 dans l’estuaire de la Liane et déposée dans une chapelle de la haute-ville construite sur l’emplacement d’un temple romain.En avril 1478,Louis XI donne à la Vierge ainsi vénérée dans ce sanctuaire, la suzeraineté du Comté de Boulogne; les Rois de France rendront désormais hommage à celle que les Boulonnais aiment invoquer ainsi : « Notre Patronne spéciale ».

Au XVIème siècle, les guerres avec l’Angleterre et celles de religions dégradent la cathédrale et la statue est cachée dans un puits. Il faut attendre 1630 pour que l’église soit restaurée et la statue remise en place.En 1793, les révolutionnaires brûlent cette antique image de la Vierge : il n’en reste aujourd’hui qu’un fragment de main conservé dans un reliquaire. Cinq ans aprés la cathédrale est entièrement rasée.

photo cathedrale de boulogne

En 1803 s’ouvre l’ancienne chapelle des Annonciades pour abriter une nouvelle effigie de la Vierge au bateau. De 1827 à 1857, avec foi et énergie, un sanctuaire est construit par un prêtre Boulonnais, qui sera nommé en 1866 « Notre Dame et St Joseph ». En 1885, une nouvelle statue en bois de chêne de Notre-Dame de Boulogne est couronnée par le Nonce Apostolique.

Ce sanctuaire, visité au cours des siècles par beaucoup de souverains tels que St Louis, Louis XI, François Ier, accompagné de Henri VIII, ainsi que par des saints, tels que St Bernard, St Jean Baptiste de la Salle … reprend un élan nouveau.

Depuis 1854, de la fête de l’Assomption au dernier dimanche d’Aout, la station annuelle de Notre Dame de Boulogne, qui se conclut par la grande Procession à travers les rues de la ville, continue à attirer bien des pélerins de la région et d’ailleurs.

Il est difficile de manquer lors de la visite, le dôme haut de 88 m, l’autel Torlonia, la chaire en chêne sculpté du style Louis XV, la Vierge Couronnée, la Chapelle du Sacré-Coeur avec ses marbres. La crypte de la cathédrale est l’une des plus vastes de France : 128 m de long, 42 m de large.

Chaque année depuis 2006 (date du retour d’une des statue de la Vierge, à Boulogne), le deuxième dimanche de septembre, est organisée par l’église Saint-Louis une procession dans les rues de la ville, du port jusqu’à l’église, en l’honneur de la Sainte Vierge, Comtesse de Boulogne. Cette deuxième procession n’est pas en concurrence avec la procession du mois d’aout. Loin de là, c’est une dévotion supplémentaire à la très Sainte Vierge.

DEUXIEME DIMANCHE DE SEPTEMBRE :

PROCESSION A NOTRE DAME DE BOULOGNE

image de Notre Dame de Boulogne